Navigation – Plan du site
Note de lecture

Vieille-Grosjean, H., De la transmission à l’apprentissage. Contribution à une modélisation de la relation pédagogique

Paris : L’Harmattan, 2009
Marc Weisser
p. 125
Référence(s) :

Vieille-Grosjean, H. (2009). De la transmission à l’apprentissage. Contribution à une modélisation de la relation pédagogique. Paris : L’Harmattan.

Texte intégral

1Anamnèse, métanoïa, autopoïèse, voici les trois mouvements qu’articule tout apprentissage. C’est la thèse que défend Henri Vieille-Grosjean dans un ouvrage qui théorise son expérience d’apprenant, d’enseignant, de formateur, de chercheur. Un texte de pédagogue donc, par la volonté de distanciation modélisante qu’il affiche, mais aussi et de façon dialectique par le recours systématique à la narration d’événements déclencheurs.

2L’auteur s’interroge sur l’accueil que l’apprenant réserve à l’héritage que l’on tente de lui transmettre. Sont mis en question l’interprétation des messages perçus, le déchiffrage des situations vécues. Il ne s’agit pas, en effet, de reproduction à l’identique, de conservation d’un bien intangible, mais bien plutôt d’une construction de sens à chaque fois renouvelée, entre le déjà là et ce qu’il y a à recevoir. L’enseignant reconnaît ce que son interlocuteur puise dans sa biographie (anamnèse), ce dernier accepte en retour de se mettre en mouvement, de se mettre en jeu (métanoïa).

3Aussi, la transmission s’inscrit-elle dans un double processus. D’une part, de rapprochement progressif des deux partenaires de la relation éducative, fait de tension, parce que chacun est situé, a une identité qui lui permet d’exprimer des positions propres, fait également d’attention, parce que la présence d’autrui implique la reconnaissance de son altérité. D’autre part, de changement de stature de chacun, à travers un processus d’auto-construction réciproque (autopoïèse) qui se nourrit de complicités, de découvertes partagées. On apprend alors plus que ce qui est transmis, l’héritage reste vivant à travers l’investissement que chacun y apporte.

4L’interaction éducative est par conséquent et d’abord recherche de sens. Elle réclame à la fois que l’enseignant légitime la mémoire de l’apprenant, que ce dernier accepte la prise de risque, et que tous deux fassent fond sur l’autonomie créatrice. L’espace éducatif est ainsi un espace ouvert que chacun peut explorer en fonction de ce qu’il y a apporté et de ce qu’il y considère comme idoine. Il est engendré par la distance relative entre protagonistes, ni fuite, ni fusion, mais rencontre entre une attente sociale et un engagement personnel.

5Par un va-et-vient continu entre moments significatifs choisis dans l’expérience de l’auteur et modélisations successives de la relation pédagogique, cet ouvrage nous montre non seulement la pertinence, mais plus encore la nécessité d’associer dans un mouvement ininterrompu anamnèse, comme reconnaissance de l’histoire du sujet, métanoïa, comme acceptation anticipée d’une conversion, d’une rupture intellectuelle possibles, et autopoïèse, comme processus accompagné de production et d’invention de soi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Weisser, « Vieille-Grosjean, H., De la transmission à l’apprentissage. Contribution à une modélisation de la relation pédagogique », Questions Vives [En ligne], Vol.6 n°16 | 2012, mis en ligne le 02 avril 2012, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://questionsvives.revues.org/972

Haut de page

Auteur

Marc Weisser

Professeur des universités, Sciences de l’éducation, directeur du Centre Universitaire de Formation des Enseignants et des Formateurs, Université de Haute-Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page