Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Rosende, M., Parcours féminins et masculins de spécialisation en médecine

Zurich : Seismo, 2008
Charlyne Millet
Référence(s) :

Rosende, M. (2008). Parcours féminins et masculins de spécialisation en médecine. Zurich : Editions Seismo.

Notes de la rédaction

Magdalena Rosende est docteure en sciences sociales. Responsable de recherche, elle enseigne la sociologie du travail à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne.

Texte intégral

1L’ouvrage de Magdalena Rosende expose les résultats d’une étude menée dans le cadre d’une thèse de doctorat. Il porte sur l’analyse des mécanismes de la répartition sexuée des médecins dans les parcours de spécialisation et les différents types de carrières. Le propos de l’auteure est de montrer comment l’institution médicale « organise les positions et destins professionnels en général, la ségrégation professionnelle sexuelle en particulier » (p. 359). Le travail de Magdalena Rosende se situe donc à l’interstice de la sociologie des professions et des études genre. L’auteure postule que le moment de la formation post-graduée marque les clivages entre les parcours, au moment des choix disciplinaires et des modes d’exercices. A partir de l’examen de trajectoires de médecins femmes et hommes, Magdalena Rosende révèle les logiques sous-jacentes au maintien de la ségrégation professionnelle entre les sexes. Divisée en huit chapitres, l’ouvrage débute par la mise en contexte de l’étude avant d’aborder l’analyse des récits de spécialisation.

2Le premier chapitre est consacré à la féminisation de la profession médicale dans une perspective socio-historique et en contexte helvétique. Il s’accompagne de données statistiques sur la ségrégation sexuée de la profession médicale dans divers pays (France, Grande-Bretagne, Finlande, Russie), mettant au jour l’internationalité de ce phénomène. Le deuxième chapitre pose les bases conceptuelles et théoriques de l’étude. Les courants de recherche nord-américains sur la sociologie des professions désignent la médecine comme archétype de la profession. L’approche interactionniste révèle quant à elle l’importance notoire des réseaux professionnels. Le troisième chapitre expose les différentes approches et travaux qui sous-tendent la ségrégation professionnelle selon le sexe chez les médecins. Un quatrième chapitre aborde l’organisation de la médecine en Suisse, les associations professionnelles et le déroulé des études. C’est le chapitre cinq qui amorce l’analyse en dévoilant la problématique et les orientations méthodologiques de l’étude. Magdalena Rosende présume que la formation post-graduée est le vecteur de la division du travail médical. Son travail repose sur l’hypothèse que tout se joue dans le déroulement de cette formation (pouvant correspondre à l’internat de spécialité dans la formation française). Cette étape serait le point de départ des clivages entre les carrières des femmes et celles des hommes. A partir de vingt-six entretiens semi-directifs auprès de quatorze femmes et douze hommes en fin de formation post-graduée ou l’ayant achevée, l’auteure explore trois sous-hypothèses de recherche établies au cours d’entretiens exploratoires. Elle met en cause l’opacité du cursus et l’arbitraire de la sélection, l’importance du capital socio-culturel et l’injonction de la conciliation. En outre, l’auteure s’emploie à indiquer sa trame d’entretien qui figure en fin d’ouvrage.

3Les trois derniers chapitres dévoilent le cœur de l’étude. Magdalena Rosende dépeint trois ensembles de parcours à partir de l’analyse de récits de spécialisation : les parcours hospitalo-universitaires, les parcours de clinicien-ne-s indépendant-e-s et les parcours de médecins salarié-e-s. Le chapitre six met en exergue les pratiques de parrainage dans la construction des trajectoires professionnelles et les types de carrière. Parfois sources de réorientations disciplinaires ou de promotions, les jeux de cooptation et l’accès aux réseaux semblent favoriser les carrières hospitalo-universitaires. Les femmes qui réalisent ce type de parcours sont des « héritières », sur-sélectionnées socialement. L’auteure suppose que cela leur permet un accès plus aisé aux systèmes de parrainage et facilite leur recrutement ou promotion. En contrepartie, leur investissement dans la sphère privée semble minime. A l’inverse des trajectoires masculines, les parcours des femmes sont marqués par le recul ou l’abrogation de l’étape de la maternité. Magdalena Rosende dénonce notamment le poids de la représentation normative de la carrière médicale.

4Le chapitre sept détaille les parcours de clinicien-ne-s indépendantes qui, a contrario des médecins hospitalo-universitaires, n’ont pas bénéficié du système de parrainage. L’accès aux réseaux professionnels formels et informels, verticaux et horizontaux semble avoir une place prépondérante dans l’orientation vers ce type de carrière. L’auteure remarque l’influence du projet privé dans le projet professionnel de ces médecins, chez les femmes comme chez les hommes. Elle s’interroge ainsi sur l’émergence de nouveaux rapports au travail et à la carrière notamment chez les hommes, dans un questionnement sur la norme de disponibilité permanente qui caractérise la profession médicale.

5Le dernier chapitre se centre sur les parcours de médecins salarié-e-s. L’auteure réaffirme l’importance des réseaux dans la construction de la carrière médicale. Les hommes médecins salariés témoignent de leurs ressentiments face à l’absence de parrainage qui caractérise leur parcours. Ces trajectoires sont marquées par un investissement professionnel qui s’éloigne des pratiques du modèle normatif d’implication. La parentalité semble affecter la construction des carrières de médecins. Ses effets différenciés selon le sexe (en termes d’investissement professionnel) ont un impact notable dans les trajectoires professionnelles.

6L’intérêt de l’ouvrage de Magdalena Rosende réside dans la mise au jour de logiques qui prévalent aux différences entre les carrières médicales des femmes et celles des hommes. Fondant son analyse sur le postulat que la formation post-graduée est le terreau d’une ségrégation institutionnalisée entre les sexes, l’auteure établit une analyse du parcours médical modèle. Elle réaffirme la place des réseaux professionnels et des systèmes de parrainage dans les trajectoires professionnelles. Elle met en avant l’incidence de la parentalité sur les deux sexes. Elle révèle également l’existence d’un nouveau rapport au travail pour certains médecins. Ce dernier point soulevé par l’auteure serait-il à considérer comme une perspective d’évolution du rapport à la carrière et de la profession médicale ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlyne Millet, « Rosende, M., Parcours féminins et masculins de spécialisation en médecine », Questions Vives [En ligne], Vol.8 n°15 | 2011, mis en ligne le 10 octobre 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsvives.revues.org/719

Haut de page

Auteur

Charlyne Millet

Sciences de l’éducation – Laboratoire LISEC (EA2310) – Université de Strasbourg, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Questions Vives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page