Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Rubinstein S. L., Osnovy obshchei psikhologii (Les fondements de la psychologie générale). Professionnalisation et développement professionnel

Saint Petersbourg : Piter, 2000
Ludmila Namolovan-Stephan
p. 318-320
Référence(s) :

Rubinstein S. L. (2000). Osnovy obshchei psikhologii (Les fondements de la psychologie générale). Professionnalisation et développement professionnel. Saint Petersbourg : Piter.

Notes de la rédaction

Né le 18 juin 1889 à Odessa, Sergueï Leonidovitch Rubinstein est l’un des principaux philosophes et psychologues soviétiques du XX° siècle. Rubinstein a développé une conception originale de l’activité humaine et de son psychisme en révisant les thèmes centraux de la psychologie (notamment les concepts d’être, d’homme, de sujet et d’objet, de personnalité). Il a ainsi proposé un nouveau regard sur l’organisation et le développement de l’activité.

Texte intégral

1L’ouvrage classique en langue russe « Les fondements de la psychologie générale » de S.L. Rubinstein appartient aux œuvres les plus reconnues de la psychologie russe. L’étendue des généralisations théoriques, l’envergure encyclopédique du matériel historique et expérimental, la clarté des principes méthodologiques exposés ont fait de cet ouvrage une référence pour plusieurs générations de psychologues, pédagogues et philosophes.

2Cet ouvrage présente trois intérêts majeurs :

  • D’abord, il intègre les principes méthodologiques fondamentaux de la nouvelle psychologie, et participe ainsi à rénover les méthodes de cette science.

  • Ensuite, l’ouvrage prend en compte les réalisations de la psychologie mondiale ainsi que le considérable développement de la science soviétique, notamment celle des plus grands psychologues soviétiques comme B. M. Teplov, A. N. Leontiev, et d’autres, travaillant sur les questions centrales en psychologie, parmi lesquelles celle de l’activité.

  • Enfin, l’ouvrage propose aussi une généralisation des recherches expérimentales conduites sur le principe d’unité entre la conscience et l’activité.

3Dans le préambule de la première édition du cet ouvrage (1940), Rubinstein écrivait : « Trois problèmes me paraissent particulièrement actuels en ce moment pour la psychologie :

  • le développement du psychisme et en particulier, le franchissement du point de vue fataliste sur le développement de la personnalité et de la conscience, le problème du développement et de l’enseignement ;

  • l’efficacité et la conscience : le franchissement de la conscience de contemplation passive dominante dans la psychologie traditionnelle ;

  • le franchissement du fonctionnalisme abstrait et le passage à l’étude du psychisme, de la conscience dans l’activité concrète, dans laquelle non seulement elles se manifestent, mais aussi se forment ».

4Pour Rubinstein, le mode de base de l’existence psychique est l’existence en tant que temps, processus et activité. Cette idée représente le fil rouge de ce volumineux ouvrage de 712 pages. Dans cette fiche de lecture, nous ne procéderons pas à une analyse exhaustive de l’ouvrage mais seulement des chapitres portant sur les questions de l’activité et du développement.

5Dans le chapitre 1 « L’objet et les tâches de la psychologie comme science », Rubinstein affirme que « chaque activité est en même temps un processus ou inclut des processus, mais chaque processus ne représente pas une activité humaine. » (p. 23). Cet auteur définit l’activité, comme un processus ou un ensemble de processus par lesquels se réalisent telle ou telle attitude de l’individu vis-à-vis de son environnement, d’autres individus, de tâches que lui impose la vie. Il distingue l’activité pratique et théorique. Selon Rubinstein, l’activité pratique se réalise comme une activité matérielle et l’activité théorique (l’activité du chercheur, du peintre, du musicien, etc.) comme une activité idéale notamment par le caractère du son produit final (la création). L’activité pratique est matérielle car l’objectif principal vers lequel elle est orientée consiste dans la production des biens matériels. L’activité théorique est « idéale » car le produit créé est « idéal » (la science, l’art).

6Cependant, si la finalité de l’activité pratique est matérielle et si la finalité de l’activité théorique est idéale, ces finalités distinctes ne déterminent pas le contenu des activités pratique et théorique. En effet, il n’y a pas d’activité théorique ne contenant pas d’actes matériels : le mouvement de la main écrivant un texte scientifique ou un opéra artistique. Ainsi, l’activité d’un sculpteur ne contient pas moins de travail physique que l’activité d’un ouvrier sur un chantier, et ce même si en produisant une œuvre d’art, l’artiste ou le scientifique réalise une activité idéale. Réciproquement, il n’y a pas d’activité pratique produisant des biens matériels qui n’intègre pas de processus psychiques. C’est pourquoi Rubinstein considère que l’activité pratique doit entrer dans la sphère de la recherche psychologique. Ainsi, cet auteur affirme : « La psychologie qui refuserait d’étudier l’activité des individus perdrait son importance vitale de base » (p. 24).

7Dans le chapitre 6 « La conscience humaine », l’auteur retrace le développement de la conscience humaine. Il indique que le principe de base du développement est l’unité de la structure et des fonctions. Il se place dans une perspective conforme au développement historique du psychisme et de son expression classique dans les principes fondamentaux du marxisme : le travail a crée l’homme, le travail a crée et sa conscience.

8L’activité humaine suppose la présence chez l’individu de certaines capacités et contribue à leur développement simultané. En engendrant, par son activité, des produits matérialisés, l’homme développe en même temps ses capacités. L’homme devient capable de travailler et de créer, parce qu’il se forme dans le travail et la création.

9Dans le chapitre 14 « L’activité », Rubinstein étudie les buts et les motifs de l’activité, les composantes et les conditions de l’activité. L’action réalisée par l’individu n’est pas un acte totalement isolé. Elle est inclut dans un ensemble plus vaste de l’activité, de la personnalité donnée et peut être comprise seulement en liaison avec cette dernière. L’objectif direct de l’activité humaine socialement organisée est la réalisation d’une fonction sociale déterminée néanmoins le motif de l’individu peut être la satisfaction des besoins personnels. L’unité de l’activité se présente comme l’unité des buts vers lesquels elle est orientée et des motifs desquels elle part. Le motif des actions humaines peut être lié à leur but car le motif c’est l’impulsion et l’aspiration d’atteindre un but. Mais le motif peut se détacher du but et se déplacer 1) vers l’activité 2) vers l'un des résultats de l’activité. Dans le deuxième cas, le résultat dérivé des actions devient pour le sujet le but de ses actions. Ainsi Rubinstein distingue dans l’activité différentes composantes : mouvement – action – opération – acte dans leur corrélation avec les buts, les motifs et les conditions de l’activité. Au centre de ces composantes se trouve l’action. Selon Rubinstein, l’action est « la cellule, l’unité » de départ de la psychologie. L’acte est quant à lui l’unité du comportement, il concerne la faculté d’action liée à des normes morales. De ce fait, l’interaction de l’homme avec le monde ne se limite pas au cadre de l’activité mais englobe plus largement la vie sociale dans son intégralité.

10Plusieurs thèses élaborées par Rubinstein ont été reprises et ont servi comme fondements aux études méthodologiques, théoriques et expérimentales et pratiques de Zintchenko (1961), Welford (1961), Lomov (1966), Talyzina (1975), Galperine (1976), Aboulkhanova-Slavskaia et Brouchlinsky (1989), Barabanchtchikov(2002). En privilégiant une étude du sujet de l’activité et des liens de l’activité avec le psychisme les travaux de S. L. Rubinstein et de ses collaborateurs ont permis de développer une variante à la théorie de l’activité. Lors du traitement de la question de l’activité Rubinstein a intégré totalement les idées de la dialectique (unité, contradiction, diversité, etc.) dans le champ d’étude de la science psychologique. A ce jour, sa théorie philosophico -psychologique reste l’une des plus profondes de la psychologie russe. Par ailleurs, elle a montré sa faculté à intégrer de nouveaux savoirs issus de différentes écoles et courants scientifiques. Par conséquent, cet outil théorique d’actualité conserve toute son utilité pour traiter les questions actuelles de l’activité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludmila Namolovan-Stephan, « Rubinstein S. L., Osnovy obshchei psikhologii (Les fondements de la psychologie générale). Professionnalisation et développement professionnel », Questions Vives [En ligne], Vol.5 n°11 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://questionsvives.revues.org/639

Haut de page

Auteur

Ludmila Namolovan-Stephan

Doctorante – ENFA, Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Questions Vives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page