Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les TIC : une solution miracle pour le développement des compétences ?

Najoua Mohib
p. 11-15

Texte intégral

1En 2010, près de trois colloques sur quatre organisés dans le champ de l’éducation et de la formation abordent de près ou de loin les technologies de l’information et de la communication2. La diversité des enjeux (économiques, citoyens, pédagogiques) liés au développement des TIC peut sans doute expliquer cet engouement qui s’exprime tant au niveau social que scientifique. Dans le domaine de l’éducation, en particulier, l’introduction des technologies éducatives apparaît comme une opportunité pour développer de nouvelles approches pédagogiques visant l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de la formation. Les TIC vont même jusqu’à se confondre avec l’innovation pédagogique souvent considérée comme le remède salutaire pour les systèmes éducatifs en crise. Qu’elles servent « à penser » (Arsac, 1987), « à représenter » (Linard, 1987), « à communiquer » (Perriault, 1987) ou encore « à enseigner » (Moeglin, 1993 ; Bruillard, 1997), ces « machines » ont de toute évidence un impact sur l’apprentissage. Aujourd’hui, 90 % des enseignants en France reconnaissant ainsi l’impact positif des outils numériques dans l’enseignement et l’apprentissage (Fourgous, 2010).

2C’est dans ce contexte de prolifération de discours aussi bien académiques que sociaux sur les enjeux des technologies que nous pouvons faire un double constat. D’une part, il apparaît, quelles que soient les modalités et les modèles sous-jacents de la formation, entendue ici, comme un processus de transformation identitaire, que « savoir utiliser les TIC » constitue une compétence clé à l’ère du numérique, à la fois pour l’apprenant et le formateur. Peut-on imaginer aujourd’hui une formation à la recherche documentaire sans une maîtrise (partielle) des TIC ? Comment s’approprier un environnement numérique de travail sans posséder les compétences « de base » requises pour l’utilisation des TIC ? D’autre part, il semble que l’usage des technologies favorise le développement de compétences, notamment techniques, professionnelles, voire sociales que nous pourrions englober sous l’appellation de « compétences TIC ». L’analyse des pratiques de scénarisation de l’enseignement et de l’apprentissage ne révèle-t-elle pas le développement de « compétences didactiques et pédagogiques » (Baron & Bruillard, 2000) ? L’utilisation de nouveaux outils ne favorise-t-elle pas la production de « nouvelles » compétences informationnelles (Dinet, 2008), technologiques (Bétrancourt, 2007) ou encore implicites (Tricot & Boubée, 2007) ?

3Du côté des institutions éducatives et du discours politique, on ne dénombre plus les rapports qui soulignent les bénéfices des TIC pour les usagers en matière de motivation, d’estime de soi, d’autonomie, de créativité, d’aptitude au travail en collaboration (Pelgrum & Law, 2004 ; Becta & Ramboll Management, 2006 ; Mounet, 2008). Si les technologies sont porteuses de valeurs liées à l’épanouissement individuel et au progrès social, certains chercheurs nous mettent en garde contre les discours technolâtres (Jacquinot, 2008 ; Wallet, 2006) et n’hésitent pas à désacraliser le mythe des TIC (Linard, 2000 ; Chaptal, 2003 ; Bélisle & Rosado, 2007). En même temps, les effets formateurs pour les utilisateurs des outils numériques sont indéniables (De Lièvre & Depover, 1999 ; Depover, Karsenti & Komis, 2007).

4Ce numéro thématique se propose donc d’analyser les TIC et le développement des compétences sous l’angle de la réciprocité. Le problème n’est pas d’interroger l’efficacité ou non des TIC ni même de prouver la supériorité des situations d’enseignement avec les technologies éducatives par rapport aux autres. Il s’agit plutôt de voir en quoi et sous quelles conditions l’utilisation des TIC permet de développer des compétences ? Quelles compétences sont mises en œuvre dans le développement des usages des technologies ? Dans quelle mesure l’intégration des TIC dans la formation favorise l’acquisition ou encore le transfert des compétences technologiques ? Et que peut-on dire à propos des compétences que génèrent les activités d’appropriation et de détournement des dispositifs numériques ?

5Les textes rassemblés ici offrent un regard pluriel sur ces questions. Pluriel du point de vue des contributions qui regroupent des recherches et des expériences de terrain récentes menées dans des contextes de formations variés : initiale et/ou continue ; en présentiel/à distance/hybride ; université/école d’ingénieurs ; usages individuels/pratiques collectives … Pluriel aussi du point de vue des contributeurs eux-mêmes issus de pays différents : Canada, France, Norvège, Maroc, Tunisie. Au delà de la variété des approches présentées, ce numéro révèle l’acuité et l’actualité de la recherche sur les TIC en éducation.

6Alors « les TIC : une solution miracle pour le développement des compétences ? » Oui répond le premier article de ce dossier thématique à condition toutefois que cette solution soit pédagogique et non pas économique précisent Philippe Amblard et Lydie Rollin. À partir d’une description de la mise en place d’un dispositif C2i en ligne au sein d’une université française, les deux auteurs mettent en lumière les conditions nécessaires au développement de compétences TIC par les TIC. Pour ces praticiens convaincus de l’intérêt du recours aux technologies dans la formation, le développement des compétences numériques des étudiants passe d’abord par un renouvellement des approches pédagogiques des situations d’e-apprentissage. De son côté, Marianne Gazaille est plus mitigée sur la question. Elle présente une recherche qui explore les effets du tutorat à distance sur le développement des compétences professionnelles chez des futurs enseignants d’anglais langue seconde et qui révèle des résultats contradictoires. Si les tuteurs estiment que l’utilisation des technologies ne permet pas de développer des compétences professionnelles, c’est lorsque le tutorat à distance est conçu comme un outil de « prise de conscience » qu’il favorise leur développement. Dans l’article qui suit, Séraphin Alava et Eléonore Message-Chazel se demandent plutôt quelles sont les compétences spécifiques au développement de pratiques « communautiques » (au sens de collectives et numériques) dans les situations d’enseignements et d’apprentissage. S’appuyant sur une étude récemment menée, les auteurs montrent que c’est surtout le sentiment d’efficacité en matière de compétence numérique qui influence l’adhésion à des pratiques collectives de formation en ligne.

7Les trois textes suivants explorent la question de l’impact des TIC sur le développement des compétences dans un contexte africain. Thierry Karsenti et Simon Collin s’interrogent sur les bénéfices des formations ouvertes et à distance (FOAD) pour le développement professionnel des Africains vivant en zone urbaine francophone. Les résultats de leur étude, soutenue par l’AUF et à laquelle ont participé près de 626 personnes, montrent que la FOAD constitue une véritable opportunité pour le développement des compétences professionnelles particulièrement lorsque la formation en ligne est envisagée dans le cadre de la formation continue. Yassine Jelmam s’intéresse, pour sa part, aux apports de l’apprentissage collaboratif en ligne dans le cas d’élèves ingénieurs tunisiens. Les apprenants observés révèlent ainsi que l’usage des forums de discussion fermés leur permet de développer des compétences sociales, techniques et personnelles. De tels résultats confortent l’auteur dans l’idée que l’introduction des TIC doit nous amener à reconsidérer les interactions en classe. C’est dans l’enseignement supérieur marocain que nous entrainent ensuite Mehdi Kaddouri et Abderrahmane Bouamri où ils ont mené une expérience d’intégration des TIC comme outil d’apprentissage. Si des difficultés d’appropriation des plateformes d’enseignement à distance apparaissent, les deux chercheurs soutiennent le développement d’une politique de promotion des TIC et mettent en avant une approche par compétences.

8À vrai dire, il est difficile, d’après les deux contributions qui suivent, de repérer les effets des technologies sur le développement des compétences. Le texte de Marc Trestini, Eric Christoffel et Isabelle Rossini rend compte d’une étude portant sur les bénéfices d’un dispositif d’encre numérique en termes de réussite universitaire. Dans cette perspective, les TIC sont plutôt considérés comme un outil d’apprentissage tandis que l’article de Jean Rinaudo envisage les TIC en tant qu’objet potentiellement transitionnel. L’auteur présente un point de vue psychanalytique d’inspiration winicottienne et avance l’hypothèse que l’usage des TIC permet, sous certaines conditions, le développement de compétences de création dans le domaine éducatif.

9Ces huit contributions sont complétées par deux articles dont l’ambition est plus conceptuelle et qui invitent chacun à une réinterprétation de la notion de compétence à l’ère du numérique et des réseaux sociaux. Le premier signé par Daniel Apollon propose de revisiter la notion de compétence à la lumière des apports de la théorie de la modernité réflexive et de l’analyse des pratiques du web participatif. Pour cet auteur, on peut voir dans la capacité à détourner des problèmes liés à l’adoption des TIC une nouvelle compétence informelle qui émerge. Dans le deuxième (et dernier) article de ce numéro spécial, Serge Agostinelli défend une approche originale du concept de compétence dans le domaine des TIC. Si l’usage des technologies suppose la mobilisation de ressources individuelles, il convient de s’interroger sur les conditions de leur mise en œuvre. C’est dans cette optique que la notion de « compétence communicative » doit être appréhendée pour penser les liens indissociables entre structure et action soit les interactions entre les individus et le dispositif technologique dans son ensemble.

10L’examen des questions vives qui sont soulevées ici montre que les TIC apparaissent à la fois comme un outil (wiki, blog, forum de discussion, ENT…) et un moyen (formation à distance, apprentissage collaboratif, tutorat en ligne…) mis au service de la formation des individus. Quel que soit l’angle d’approche, une idée (implicite) semble dominer : tous les usagers disposent des compétences « suffisantes » pour maîtriser l’outil et se former avec des technologies. Mais que sait-on vraiment sur la nature des compétences requises pour un usage optimal des TIC ? N’est-ce pas cette même idée qui nous amène à prêter à la génération « digital native » des compétences numériques et informationnelles qu’elle n’a pas pour reprendre Pascal Lardellier (2010) ? A l’heure où les TIC sont omniprésentes dans tous les domaines de notre quotidien (économie, éducation, recherche médicale…), il apparaît que la question qui importe n’est pas celle de « ce qu’il faut pour faire avec » mais plutôt celle de « comment faire avec » ?

Haut de page

Bibliographie

Albero, B. (2004). Technologies et formation : travaux, interrogations, pistes de réflexion dans un champ de recherche éclaté, Savoirs, 5, 11-69.

Arsac, (1987). Les machines à penser, des ordinateurs et des hommes. Paris : Seuil.

Baron, G.-L., & Bruillard, E. (2000). Technologies de l’information et de la communication dans l’éducation : quelles compétences pour les enseignants ? Educations & Formations, 56, 69-76.

Becta & Ramboll Management (2006). The ICT Impact Report : A review of studies of ICT impact on schools in Europe. European Schoolnet. http://ec.europa.eu/education/pdf/doc254_en.pdf.

Bélisle, C., & Rosado, E. (2007). Usages des TICE en éducation : leurre ou levier ? Les dossiers de l’ingénierie éducative, Hors-série, 37-46.

Bétrancourt, M. (2007). Pour des usages des TIC au service de l’apprentissage. Les dossiers de l’ingénierie éducative, Hors-série, 127-137.

Bruillard, E. (1997). Les Machines à enseigner. Paris : Hermès.

Chaptal, A. (2003). L’efficacité des technologies éducatives dans l’enseignement scolaire : analyse critique des approches françaises et américaines. Paris : L’Harmattan.

Charlier, B., & Henri, F. (2010). Apprendre avec les technologies. Paris : PUF.

De Lièvre, B., & Depover, C. (1999). Analyse des processus d’apprentissage dans une situation de tutorat à distance. In C. Depover & B. Noël (Éds.), L’évaluation des compétences et des processus cognitifs. Modèles, pratiques et contextes. Bruxelles : De Boeck.

Depover, C., Karsenti, T., & Komis, V. (2007). Enseigner avec les technologies. Favoriser les apprentissages, développer les compétences. Québec : PUQ.

Dinet, J. (Éd.) (2008). Usages, usagers et compétences informationnelles. Paris : Hermès Lavoisier.

Fluckiger C., & Bruillard E. (2008). TIC : analyse de certains obstacles à la mobilisation des compétences issues des pratiques personnelles dans les activités scolaires. Actes de L’éducation à la culture informationnelle.
http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00343128/fr/.

Fourgous, M. (2010). Réussir l’école numérique. Rapport de la mission parlementaire sur la modernisation de l’école par le numérique. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000080/index.shtml.

Jacquinot-Delaunay, G., & Fichez E. (Éds) (2008). L’université et les TIC : chronique d’une innovation annoncée. Bruxelles : De Boeck.

Lardellier, P. (2010, mars). Les élèves de l’ère Internet sont-ils vraiment des « mutants numériques » ? Communication présentée au Forum Retz « Le numérique va-t-il bouleverser les pratiques pédagogiques » ? Paris, France. http://www.editions-retz.com/forum-2010.html.

Linard, M. (1987). Des machines et des hommes. Paris : L’Harmattan.

Linard, M. (2000). Les TIC à l’université : potentiel des outils et conditions d’accès à l’autonomie de l’apprentissage. Communication présentée aux Journées @Université de l’Orme, Marseille, France. http://www.educnet.education.fr.

Moeglin, P. (1993). Le paradigme de la machine à enseigner. Etudes de communication, 14, 91-106.

Mounet, J. (Éd.) (2008). Pour le développement du numérique à l’école. MEN / mission e-Educ. http://media.education.gouv.fr/file/2008/24/5/Pour_le_developpement_du_numerique_a_l_ecole_27245.pdf.

Pelgrum, W., & Law, N. (2004). Les TIC et l’éducation dans le monde : Tendances, enjeux et perspectives. Paris : Unesco. http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001362/136281f.pdf/.

Perriault, J. (1987). La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer. Paris : Flammarion.

Tardif, J. (1998). Intégrer les nouvelles technologies de l’information : quel cadre pédagogique ? Paris : ESF.

Tricot (2010). Quels sont les apports et les limites des TICE en matière d’apprentissage ? Communication présentée au Forum Retz » Le numérique va-t-il bouleverser les pratiques pédagogiques » ? Paris, France. http://www.editions-retz.com/forum-2010.html.

Tricot, A., & Boubée, N. (2007). L’usage des TIC comme situation d’apprentissage implicite, le cas des compétences documentaires. Les dossiers de l’ingénierie éducative, Hors-série, 149-158.

Wallet, J. (2006). À l’heure de la société mondialisée du savoir, peut-on supprimer les enseignants ? Hermès, 45, 91-98.

Haut de page

Notes

2 D’après le moteur de recherche de l’INRP (École Normale Supérieure de Lyon) http://www.inrp.fr/vst/AgendaColloques/index.php#rechercheVST.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Najoua Mohib, « Les TIC : une solution miracle pour le développement des compétences ? », Questions Vives [En ligne], Vol.7 n°14 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://questionsvives.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Najoua Mohib

Maître de conférences en Sciences de l’éducation à l’Université de Strasbourg – Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l’Éducation et de la Communication (LISEC - EA 2310).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Questions Vives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page