Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jolibert, B. Montaigne, l’éducation humaniste

Paris : L’Harmattan, 2009
Marie Agostini
p. 167
Référence(s) :

Jolibert, B. (2009). Montaigne, l’éducation humaniste. Paris : L’Harmattan.

Notes de la rédaction

Bernard Jolibert est professeur de philosophie à l’IUFM de la Réunion et correspondant du GREPHE (Groupe de Recherche en Philosophie de l’Education). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages relatifs à la philosophie de l’éducation, à la didactique de la philosophie et de traductions de textes fondateurs de la pensée éducative.

Texte intégral

1Comment cerner la philosophie de l’éducation de Montaigne dans le foisonnement apparent des Essais ?

2Cet ouvrage se propose de suivre huit axes afin de donner une vision synthétique des grands thèmes abordés à travers les Essais : l’éducation du temps de Montaigne, sa conception de la nature, de l’enfance, de l’éducation intellectuelle, de l’éducation morale, de l’éducation physique, de la religion et de la politique, et enfin, de l’éducation des filles. Se dessine alors le portrait d’un Montaigne, penseur éclairé, qui voit en la raison le seul guide d’une éducation digne de ce nom : « Il existe une sagesse qui se déploie au-delà des morales particulières. Il existe des qualités qui valent pour tous les hommes, quand bien même, elles doivent se manifester de manière singulière en fonction des circonstances accidentelles. On peut se référer à des connaissances générales qui s’imposent à tous les savoirs spécialisés, des sentiments qui valent pour tous les hommes quels que soient les temps et les lieux. C’est cela qu’il faut chercher sans cesse et proposer aux enfants, précisément parce qu’ils valent universellement » (p.187). Il s’agirait donc de proposer aux enfants un savoir universel. D’ailleurs l’usage fréquent, par l’auteur, de l’expression d’inspiration kantienne « raison pratique » laisse sous-entendre une proclamation de l’avènement de cette raison susceptible de nous éclairer sur la possibilité d’une morale valable pour tous et donc enseignable à tous.

3Or, l’usage de l’expression « raison pratique » n’a pas été argumenté et, de ce fait, pourrait être considéré comme un contre-sens puisque, dans plusieurs essais, apparaît l’idée que si la raison nous dit ce qu’il ne faut pas faire (il ne faut pas préjuger de), elle ne dit rien de ce qu’il faut faire. Le contenu du jugement, pour peu qu’il en soit véritablement un, appartient à chacun et la raison n’a pas le pouvoir d’en déterminer le contenu. L’enjeu de la pensée éducative de Montaigne voulant allier relativisme et exigence d’une éducation critique pour tous, liberté de penser et exercice rigoureux du jugement, bref la spécificité de son humanisme, demeure donc en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Agostini, « Jolibert, B. Montaigne, l’éducation humaniste », Questions Vives [En ligne], Vol.6 n°12 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://questionsvives.revues.org/485

Haut de page

Auteur

Marie Agostini

Sciences de l’éducation – Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Questions Vives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page