Navigation – Plan du site
Note de lecture

Wilde, G., Le risque cible. Une théorie de la santé et de la sécurité

Fernelmont : InterCommunication, 2012
Target Risk 2: A New Psychology of Safety and Health
Marc Camiolo
Traduction de Traduit de l’anglais par Marc Camiolo
p. 159-161
Référence(s) :

Wilde, G., (2012). Le risque cible. Une théorie de la santé et de la sécurité. Fernelmont : InterCommunication.

Texte intégral

1Système de freinage ABS, airbags, obligation de boucler sa ceinture, feux rouges, formations du conducteur et limites de vitesse… tant d’efforts colossaux pour réduire la mortalité routière ! Mais ces mesures produisent-elles réellement l’effet attendu ? Et pourquoi diable est-il écrit que « fumer tue » sur mon paquet de cigarette ? Le préservatif est-il un moyen de prévention efficace ? Peut-on vraiment « maîtriser » les risques professionnels ? Voilà quelques-unes des questions que peut susciter la lecture de la théorie de l’homéostasie du risque.

2Le « risque cible » est le concept clef de cette théorie. La sécurité n’est au fond qu’un sentiment. Le risque fait bien partie de notre quotidien. Il est présent dans la moindre de nos actions. Des accidents surviennent alors même que toutes les précautions établies avaient été prises. Dès lors, qu’est-ce que prendre « assez » de risques ? Jusqu’où aller trop loin ? Chacun d’entre nous y répond en acceptant un niveau de risque cible. Il s’agit largement d’habitudes pas vraiment conscientes mais qui n’engagent pas moins notre responsabilité.

3Les quatre premiers chapitres présentent la théorie de l’homéostasie du risque. Après un premier chapitre introductif, Wilde développe le concept d’homéostasie et prenant l’exemple du chauffage centrale d’une habitation. Le thermostat détermine l’allumage du chauffage en fonction de différents paramètres (dont la température extérieure) de façon à ce que la température intérieure reste sensiblement la même. C’est la variable cible. Dans le troisième chapitre, l’auteur revient sur l’histoire de la construction de sa théorie, ses références et influences principales, ainsi que sur les moments clés de sa formulation. Celle-ci est présentée au chapitre quatre. Elle est synthétisée par la figure suivante. L’homme possède un niveau de risque cible. Ce niveau est comparé à la situation extérieure et entraine des actions d’ajustement qui ont pour but de garder le niveau de risque perçu aux environs du niveau de risque cible. En d’autres termes : plus on évolue dans un environnement sûr, plus on sera prêt à prendre des risques, et inversement.

Figure : Modèle homéostatique de la prise de risque

Figure : Modèle homéostatique de la prise de risque

4Les quatre chapitres suivants présentent les données épidémiologiques qui soutiennent la théorie dans le champ de ce qu’on appelle en anglais : l’idéologie du “Triple E” (Education, Engineering, Enforcement). L’histoire de la prévention montre que les mesures de sécurité ont depuis toujours été mises en œuvre dans les domaines de l’éducation, de la technique et de la répression. Wilde ouvre dans le chapitre cinq le débat de la définition de la sécurité. Il remet principalement en cause le critère habituelle de mesure que constitue le nombre de morts brut sur la route pendant une année, alors que le taux de mortalité par habitant, ou par heure d’usage du véhicule, semblent plus pertinent. Les chapitres six, sept et huit constituent un véritable catalogue des études qui montrent l’échec des actions de prévention en matière d’éducation, de technique et de répression. La théorie de l’homéostasie du risque a vocation à expliquer ces échecs.

5Le chapitre neuf s’intéresse à la possibilité d’évaluer en laboratoire le niveau de risque cible. Wilde présente différents jeux et tests qui permettent de déterminer la tendance à la prise de risques. Dans sa continuité, le chapitre dix présente l’état des connaissances sur les différences individuelles et le chapitre onze en vient aux mesures de sécurité véritablement efficaces : les mesures motivationnelles d’incitation à la santé et à la sécurité.

6En conclusion, l’auteur propose le concept d’ « expectationnisme ». L’idée est d’améliorer la valeur du futur perçue par les individus. Plus quelqu’un attend des choses positives de l’avenir, plus il aura tendance à préserver sa vie et sa santé pour ces moments à venir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Modèle homéostatique de la prise de risque
URL http://questionsvives.revues.org/docannexe/image/1297/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Camiolo, « Wilde, G., Le risque cible. Une théorie de la santé et de la sécurité », Questions Vives [En ligne], Vol.9 n°19 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsvives.revues.org/1297

Haut de page

Auteur

Marc Camiolo

Docteur en Sociologie, Université de Strasbourg ; Équipe de rattachement : Architecture, Morphogenèse Urbaine et Projets - Amup-Insa, JE 2471

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Questions Vives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page