Navigation – Plan du site

Résumé

Première expérience d’enseignant en université, l’activité de moniteur C2i permet d’avoir un réel regard sur l’utilisation des technologies d’information et de communication par les étudiants. Bien que l’informatique se démocratise de plus en plus, il est faux d’affirmer que tous les jeunes ont un accès régulier aux ordinateurs. En témoignent les disparités, aussi bien au moment des séances en cours que lors de la correction des travaux effectués chez eux.

Haut de page

Texte intégral

Témoignage

1Moniteur du Certificat Informatique et Internet (C2i) pour la deuxième année consécutive au sein de l’université de Picardie Jules Verne (UPJV) d’Amiens, mon expérience, bien que récente, me permet déjà de dessiner les contours de l’utilisation par les étudiants des technologies de l’information et de la communication (TIC).

2Force est de constater que nombreux sont les étudiants qui ne prennent pas au sérieux la formation C2i. En témoignent d’ailleurs les forts taux d’absentéisme que j’ai pu observer lors de mes deux années de tutorat. Pour certains, c’est une matière peu importante et pour d’autres, ce cours est inutile car ils savent déjà « utiliser » un ordinateur. Or, cette idée est erronée car nombreux sont les étudiants qui se rendent compte, devant les énoncés d’activités, que le C2i est complexe.

3Lorsque j’ai commencé mes interventions auprès des étudiants dans le cadre du C2i, je n’avais pas encore eu l’occasion d’intervenir en public. Toutefois, l’organisation de réunions au préalable avec les anciens moniteurs m’a permis d’appréhender d’une manière plus sereine cet exercice. D’ailleurs, il faut le souligner, la collaboration des moniteurs C2i, que ce soit sur leur retour d’expérience ou sur des explications pédagogiques, est très importante pour dispenser ce type de cours. En outre, l’encadrement constant par l’équipe pédagogique du C2i nous permet, en tant que moniteur débutant, d’avoir une certaine assurance.

4Ainsi, fort des expériences des collègues et des conseils de l’équipe pédagogique, je me suis organisé un plan de travail. Dans un premier temps, lors des séances de travaux dirigés (TD), mon rôle est de démontrer aux étudiants, l’importance du C2i : gratuité, alors que cela est payant en dehors de l’université, note comptant pour la moyenne, certificat reconnu nationalement, découverte de nouvelles manières d’utiliser les TIC... Cela va permettre aux étudiants d’effectuer avec sérieux les activités proposées. Ce passage théorique de la présentation du C2i n’est pas celui qui intéresse le plus les étudiants mais il permet de justifier de l’importance de la matière.

5Les explications concernant l’organisation du C2i, à savoir les deux TD préparatoires puis les épreuves pratiques et théoriques, sont souvent comprises rapidement. La difficulté de compréhension s’accroit lorsque l’on aborde avec les étudiants la différence entre l’unité d’enseignement C2i et le certificat C2i. Le plus simple est de reprendre avec eux le livret disponible depuis 2010. Élaboré par l’équipe pédagogique, celui-ci est un réel apport : il permet en effet aux étudiants de mieux comprendre les tenants et les aboutissants du C2i.

6Vient ensuite le moment où on évoque avec eux l’organisation du travail, à savoir les activités regroupant les neuf domaines et le questionnaire à choix multiples (QCM) final. À l’UPJV, le C2i s’articule autour de cinq activités. Elles regroupent plusieurs domaines et les étudiants peuvent s’aider avec les cours présents sur la plateforme numérique. La dernière activité proposée a pour particularité d’être collective. Je débute par celle-ci pour que les étudiants comprennent comment utiliser les outils du C2i pour communiquer ensemble par la suite.

7Puis, viennent les explications sur les QCM. Ayant moi-même passé le C2i, j’ai comme souvenir un QCM assez compliqué pour des personnes ayant une connaissance basique de l’informatique. J’explique donc aux étudiants que cette épreuve théorique est difficile et qu’il faudra faire preuve de stratégie pour la réussir. Je leur indique alors le système de notation et le système de passage de QCM d’entrainement disponible sur la plateforme C2i. C’est l’occasion de leur donner leur premier devoir pour la séance suivante, à savoir le passage du QCM de positionnement. Là aussi, il est possible d’observer que le C2i n’est pas pris au sérieux puisque, lors de la séance suivante, tous les étudiants n’auront pas réalisé ce test et noté les résultats…

8Quoi qu’il en soit, une fois ce passage « théorique » sur le C2i réalisé, c’est le moment pour les étudiants de découvrir la « pratique » et de se connecter pour découvrir l’espace numérique de travail (ENT). Découvrir est un grand mot puisque la plupart ont déjà, par curiosité, visité la plateforme. Cependant, ce n’est pas le cas de tous. En effet, plusieurs n’ont pas encore activé leur boite mail UPJV et il faut les assister pour réaliser cette tâche.

9Ce moment du cours me parait être révélateur des disparités entre les étudiants. L’expression « fracture numérique » utilisée il y a quelques années pour désigner les différences dans l’accès aux nouvelles technologies est clairement appropriée à la situation. Il apparait en effet de nombreuses différences entre les étudiants. Alors que certains en seront encore au stade de la connexion sur leur ordinateur, d’autres navigueront déjà sur la plateforme C2i. C’est souvent à cette occasion que je réalise un sondage rapide pour savoir qui a un ordinateur chez lui, qui a internet… Alors que je pense, à tort, qu’aujourd’hui, tout le monde a un ordinateur, je me rends compte que ce n’est pas le cas. Certains n’ont même jamais réellement eu un ordinateur entre les mains. Ce cas est très rare mais est assez « déstabilisant ». Il nécessite une présence accrue pour assister l’étudiant afin de le mettre sur « les rails de l’informatique ».

10Il est donc important de reprendre les étapes une à une avec l’ensemble de groupe afin de ne pas laisser en chemin les retardataires et ne pas laisser les plus rapides passer à côté de certains points importants : connexion au site de l’université, accès à l’ENT, accès à la boite mail, envoi de mails, accès à la page « Ines et C2i »... Pour certains, tout cela aura déjà été fait et pour d’autres, ce sont autant de nouveautés à ingérer mais surtout à digérer. Une fois ces premières découvertes effectuées, je laisse les étudiants souffler quelques minutes tout en les invitant à fermer la session de leur ordinateur. Cela me permettra de vérifier après une période de pause s’ils peuvent retrouver eux-mêmes le chemin pour accéder aux mails et à la plateforme C2i.

11Sur cette plateforme, je leur montre aussi comment voir leur emploi du temps, comment accéder à la page internet C2i depuis chez eux, comment passer des QCM d’entrainement mais aussi et surtout comment se rendre sur la plateforme de travail. C’est à ce stade que j’entreprends de présenter les activités en expliquant aux étudiants les neuf domaines. Je m’appuie pour cela sur le livret C2i évoqué précédemment. Les étudiants se rendent compte, au vu de l’énoncé des domaines, que leur connaissance en informatique est assez basique et que le C2i leur demandera un travail conséquent. Viennent ensuite les explications concernant la remise des devoirs par les étudiants. Là aussi, je procède par étape pour leur expliquer qu’il faut rendre leurs activités dans les bons domaines. Après tout, comme le dit la célèbre maxime, l’enseignement est l’art de répéter...

12J’insiste aussi sur les cours présents sur la plateforme, les podcasts mais aussi sur leur future tâche de recherche pour réaliser les activités. Je leur indique la nécessité de se pencher sur les cours présents, de les compléter en utilisant des moteurs de recherche et / ou en consultant des forums sur internet et de communiquer entre eux via la plateforme C2i et l’outil de discussion instantanée. Je continue ensuite la découverte de cette plateforme en allant visiter avec eux les autres onglets. C’est l’occasion de découvrir le forum où l’emploi du temps pour rendre les activités. Les plus doués auront fait le tour de la plateforme alors que les autres attendront mes explications pour poursuivre la découverte.

13Dans les faits, je distingue trois groupes d’étudiants :

14ceux qui sont doués en informatique et qui n’auront jamais besoin de moi pour réaliser leurs activités. En séance de TD, ce sont ceux qui navigueront sur la plateforme comme s’ils l’avaient toujours fait.

15ceux qui pensent être doués en informatique. Je classe ici ceux qui utilisent un ordinateur quotidiennement pour surfer sur internet, prendre des notes en cours, visionner des vidéos. L’utilisation qu’ils font de leur ordinateur est basique et les domaines traités par le C2i leur permettent d’approfondir l’utilisation de leur ordinateur. La plupart d’entre eux reviendront vers moi pendant la période où ils feront leurs activités pour avoir un soutien.

16ceux qui ont peu de connaissances en informatique. Ces derniers nécessitent une attention toute particulière. Lors des séances de TD, je passe les voir le plus souvent possible pour vérifier non seulement qu’ils comprennent mais qu’ils peuvent réaliser ce qu’on leur demande ! Il est important de les encadrer dans la période des séances en présentiel mais surtout pour la période postérieure afin d’éviter que ceux-ci abandonnent !

17À l’issue des deux séances de TD, chaque étudiant est normalement « prêt » à réaliser les travaux demandés. Néanmoins, je sais que nombreux seront ceux qui ne parviendront pas à refaire ce que l’on a fait ensemble. Par excès de confiance, certains n’auront pas tout écouté et seront passés à côté d’explications importantes. Par peur de faire une « bêtise », d’autres n’utiliseront pas les outils de la plateforme C2i. Pour ne pas leur donner l’impression d’être seul pour faire les activités, je précise aussi qu’il y aura des permanences. L’UPJV propose en effet de mettre à disposition des étudiants des salles informatiques avec un moniteur pour les soutenir.

18Commence la période où les étudiants sont livrés à eux-mêmes pour réaliser les activités. Ce n’est pas synonyme de repos pour le moniteur. Il faut en effet être réactif aux demandes des étudiants formulées sur le forum ou par mail. Il faut en outre prendre le temps de corriger les activités. Comme dit précédemment, le C2i est malheureusement trop souvent négligé. Beaucoup d’étudiants ne rendent pas les activités ou le font avec des jours de retard. Les « menaces » de zéro faites en classe lors des explications sur la notation ne sont pas toujours efficaces… Il faut toutefois se rappeler que le C2i n’est pas leur unique matière et c’est leur première année à l’université donc le premier semestre est souvent synonyme d’adaptation. Certains s’en sortent tout de même très bien et les étudiants moins bons voulant réussir sont la plupart du temps récompensés de leurs efforts.

19Enfin, vient la dernière séance en classe pour passer le QCM. Depuis cette 2010, l’UPJV a mis en place des séances de préparation, ce qui, je pense, est très important. En faisant un sondage, je me suis rendu compte que peu d’étudiants y sont allés.

20Lors du passage du QCM, les disparités précédemment évoquées reviennent. Les plus familiers à l’informatique termineront rapidement, tout comme ceux qui ne prennent pas le C2i au sérieux. Les autres termineront souvent 10 minutes avant la fin et peu sont ceux qui profitent des 45 minutes pour réaliser le QCM.

21L’activité du moniteur C2i est très enrichissante personnellement et permet de voir que l’accès et surtout la maitrise des TIC n’est pas encore une réalité pour tous. Peu d’étudiants sont des « surdoués » en informatique et peu sont complètement néophytes. Il y a une espèce de « ventre mou » comprenant des étudiants qui maitrisent l’informatique de manière sommaire mais suffisante pour la vie de tous les jours.

22Au début de mon propos, j’évoquais les réunions entre les moniteurs et l’équipe pédagogique pour préparer l’année. Au cours du tutorat, cette collaboration ne s’interrompt pas et bien heureusement. En effet, comme pour les élèves, les moniteurs ont accès à un forum afin de communiquer entre eux. Cela permet d’épauler les nouveaux arrivants mais aussi de s’entraider lorsque nous faisons face à diverses difficultés. Le C2i, ce n’est pas uniquement donner des cours à des étudiants, c’est aussi toute une organisation où l’entraide entre l’équipe pédagogique et les moniteurs est importante. C’est d’ailleurs pour cela qu’une réunion post-tutorat est organisée, afin que chacun puisse exposer ses observations et apporter des améliorations pour l’année suivante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Girot, « Regard sur l’activité de moniteur C2i », Questions Vives [En ligne], Vol.7 n°17 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://questionsvives.revues.org/1060 ; DOI : 10.4000/questionsvives.1060

Haut de page

Auteur

Maxime Girot

Moniteur, doctorant en droit privé, université de Picardie Jules Verne, Amiens, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page